Histoire et patrimoine

La commune de Saint-Just Saint-Rambert a été créée en 1973 suite à la fusion des deux villes situées de part et d’autre de la Loire : Saint-Just et Saint-Rambert.

Histoire

Saint-Just Saint-Rambert fut autrefois une ville industrielle et un lieu de pèlerinage.

La ville de Saint-Just sur Loire comptait de nombreuses industries : batellerie, métallurgie, teinturerie ou encore verrerie. La ville était aussi le point de départ de bateaux marchands, les Rambertes, jusqu’au  XIXème siècle.

Saint-Rambert, ancien village gallo-romain et autrefois appelée Occiacum puis Saint-André-des-Olmes, fut pendant longtemps un lieu de pèlerinage. Les reliques de Saint-Rambert furent apportées en 1078.

Patrimoine historique

Saint-Just Saint-Rambert possède un riche patrimoine historique et compte de nombreuses constructions.

L’église du quartier Saint-Rambert, appelée Saint-André date des XIème et XIIème siècles. Elle constituait autrefois, avec le prieuré, un monastère.

Celui-ci fut fondé par douze moines bénédictins venus de l’Ile-Barbe entre 603 et 608.

En 2004, la façade de l’église a été rénovée.

La chapelle Saint-Jean, située proche de l’église, date probablement du VIIème ou VIIIème siècle. Elle fut construite par les moines de l’Ile-Barbe comme solution de remplacement en attendant que la grande église soit édifiée. Elle permettait de recevoir les ouvriers. Elle faisait également office de lieu de prière pour les moines et les manants.

La porte Franchise tient son nom du droit d’asile dont bénéficiaient les délinquants qui parvenaient à entrer dans l’enceinte du Prieurè.

Selon, l’Abbé Signerin, c’est suite à la visite de François 1er en 1536 que la porte conserve son nom. Celui-ci venu prendre possession du Comté de Forez (confisqué au Connétable de Bourbon), aurait accordé quelques franchises communales.

La Ramberte, embarcation longue de vingt-cinq mètres, large de quatre mètres, pouvait transporter vingt-cinq à trente-six tonnes de charbon. Plusieurs milliers de barques ont descendu la Loire entre 1704 et 1850.

En 1830, la marine sur la Loire s’achève suite à la première ligne de chemin de fer français reliant Saint-Étienne à Andrézieux.

Situé sur une petite île du lac de Grangent, ce château fut construit au XIème siècle. Il fut l’objet de nombreux pillages et incendies. Aujourd’hui le château est devenu une propriété privée et a été restauré.

Patrimoine naturel

Classé comme Espace Naturel Sensible par le Département et par Natura 2000, cet étang possède une superficie de 27 hectares environ. Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique, cet espace naturel renferme une grande diversité d’espaces animales et végétales. L’étang compte, en effet, 129 oiseaux différents et 150 espèces végétales.

Ce canal d’irrigation a vu le jour suite à un projet de canal de navigation initié au XIXème siècle. En 1863, Napoléon III signe le décret autorisant la construction du canal du Forez, des Gorges de la Loire à la Bâtie d’Urfè.

Rapidement, l’agriculture, l’élevage, le maraîchage, l’industrie ainsi que le tourisme profite de cette ressource.

A découvrir le livre de Patrick MARTEAU« Découverte du Canal du Forez, Des Gorges de la Loire à la Bâtie d’Urfé »

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×