Expression municipale

Expression libre du groupe de l’opposition

Bonjour,

Nous le demandions depuis de nombreux mois, c’est fait !

La liste « Avec Vous un projet citoyen, social et solidaire » dispose enfin d’une page d’expression sur le site municipal.

Même si l’intégration de photos sur cette page nous a été refusé ( ???), nous essayerons de vous faire partager chaque mois notre réflexion sur un ou deux thèmes différents, en lien avec votre quotidien.

Bonne lecture à toutes et à tous.

Pour rester en contact avec nous, vous pouvez consulter chaque mois notre journal « le Fil de Terre » ou nous contacter à l’adresse suivante : fildeterre@lesbarques.fr.

(Introduction en date du mois d’avril 2019)

Redessiner la ville de demain

Notre commune est aujourd’hui à un tournant après avoir vu sa population augmenter de façon significative ces vingt dernières années et il convient de s’interroger sur l’avenir que nous voulons lui dessiner.

Si la demande immobilière reste forte, il faut s’interroger sur les conséquences d’une urbanisation mal maitrisée, tant en terme d’environnement que des besoins implicites en terme d’infrastructures routières ou sociales, de réseaux divers, de type d’habitats, etc…

Nous avons la chance de disposer d’un patrimoine naturel et architectural exceptionnel qui confère un charme particulier à notre cité et la priorité doit être sa mise en valeur pour le bien-être des habitants d’une part et favoriser  l’activité locale d’autre part.

Rendre les centres bourgs aux habitants, les aménager de façon à ce que les commerces locaux s’y développent harmonieusement, utiliser le patrimoine existant pour créer de nouveaux types d’hébergements, réhabiliter l’habitat ancien et favoriser la mixité sociale en permettant notamment à de jeunes ménages de s’installer sur la commune, sont les défis de demain.

Repenser la mobilité en intégrant pleinement le vélo comme nouveau mode de déplacement, développer les modes doux, faciliter le passage d’un côté à l’autre du fleuve pour créer un flux apaisé entre les deux bourgs, être une étape accueillante de la « Véloire », ouvrir et aménager des espaces verts  pour aérer la cité, devront aussi être des objectifs.

Maintenir et accompagner le tissu associatif restera un enjeu pour entretenir le lien social et favoriser le Vivre Ensemble.

En quelques mots, il faut aujourd’hui un projet pour améliorer le cadre de vie, garder une dimension humaine et accueillante à notre cité et répondre aux besoins sociaux et environnementaux de demain.

(Texte en date du mois de mars 2020)

Communication ou propagande ?

La période électorale ouverte depuis le 1er septembre fixe des règles de communication des différents candidats à l’élection des conseils municipaux et communautaires.

Le législateur a, en effet, considéré que tous les candidats devaient être sur un pied d’égalité au moins six mois avant la date du scrutin et ceci se traduit par des restrictions envers les maires sortants, à savoir :

Six mois avant l’élection, soit à compter du 1er septembre 2019 il est fait Interdiction de toutes campagnes de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d’une commune ou d’un EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale)

Il semble bien que la directive de l’Association des maires de France et les textes de la Commission Nationale des comptes de campagnes et des financements politiques ne soient pas parvenus jusqu’à notre bonne ville de St-Just St-Rambert, si on en croit la multitude de reportages promotionnels qui se sont succédés ces dernières semaines, tant dans les pages du quotidien régional que dans le journal télévisé’ du 11 février dernier

Il ne se passe pas une semaine effectivement, sans que les pages locales du quotidien régional ne fassent état d’une réalisation de la municipalité ou de Loire Forez Agglomération (bords de Loire, station de traitement des eaux, salle de la Passerelle, …), sans jamais donner la parole aux élus d’opposition, bien évidemment.

Outre que ceci contrevient aux règles édictées en période de campagne, le paroxysme a été atteint lors du reportage de France 3  du 11 février dernier au cours duquel la municipalité s’est s’appropriée, sous couvert du conseil municipal des enfants, la réalisation de l’Arborétum du Prieuré qui, rappelons-le, a été réalisé par l’association des Amis d’Elzéard qui a associé les enfants à ce projet.

Une campagne électorale n’autorise pas tout, et surtout pas de travestir la réalité et nous voulions, au travers de cet écrit, rendre aux amis d’Elzéard ce que réclame César.

(Texte en date du mois de février 2020)

Un parking pour les camping-cars…….pourquoi faire ?

En début d’année, le parking réservé aux camping-cars, installé chemin des Danses a été ouvert. La municipalité et la communauté d’agglo ont mis un budget conséquent pour la réalisation ce parking avec comme intention avouée de permettre aux vacanciers de passage de se garer au plus près des commerces et du marché.  Intention tout à fait louable, si……si effectivement ce parking servait vraiment aux camping-cars.

Sauf que depuis sa mise en service, tous les dimanches, ce parking sert …aux voitures qui squattent les emplacements, ne se souciant guère du panneau apposé à l’entrée. Cette réalité ne vaut que pour le dimanche, la semaine le parking est souvent inoccupé… et accueille rarement un ou deux véhicules. Manque de communication ? Étude insuffisante ou emplacement inapproprié ?

Bref autant d’argent pour six ou sept voitures le dimanche, ça fait un peu cher le parking, là où nous avions revendiqué un espace vert intergénérationnel avec jeux d’enfants pour les habitants du quartier et bancs pour les anciens de la maison d’accueil.

(Texte en date du mois d’avril 2019)

 

Un vœu pour les moyens des écoles et collèges de St-Just St-Rambert

Les élus de notre Groupe avait proposé, lors du conseil de mars, un vœu pour soutenir la mobilisation des prents d’élèves et des enseignant du collège Anne Franck contre la baisse des moyens et pour dénoncer la fermeture d’une classe à l’école des Tilleuls. Monsieur le maire a présenté au conseil du mois d’avril, un vœu concernant la baisse des moyens qui touche également le collège Saint-joseph. Avant de nous prononcer sur ce vœu, nous avons tenu a réaffirmer notre soutien aux parents d’élèves et aux enseignants de l’école publique.

Nous continuons de penser que l’école de la République doit être une priorité et que c’est vers elle qu’il est nécessaire de réorienter prioritairement l’argent du contribuable.

Mais la question à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui ne repose pas sur la réorientation de budget du privé vers le public, mais bien sur une diminution pour tout le monde des moyens octroyés à l’éducation.

L’absence de volonté de ce gouvernement de mettre en œuvre une politique fiscale plus juste, permettant de financer les services publics en général et celui de l’éducation en particulier aboutit à un appauvrissement des moyens qui touche l’ensemble des acteurs dont le financement relève de dotations publiques.

La situation du collège Saint-Joseph relève donc de ces politiques d’austérité du gouvernement qui touchent  également de plein l’enseignement public.

C’est bien pour cela et uniquement pour cela, parce que nous n’acceptons pas ces politiques d’austérité, qui plus est lorsqu’elle touche à l’éducation de nos enfants, que nous avons voté ce vœu.

(Texte en date du mois d’avril 2019)


Élection européenne : Un résultat qui doit interpeller tous les citoyens

L’élection du 26 mai a, dans plusieurs domaines, mis en défaut tous les instituts de sondage. Tout d’abord avec un taux de participation supérieur de neuf points aux estimations.

Ensuite avec l’effondrement de la droite traditionnelle à un niveau jamais atteint et la percée significative de la liste écologiste, boostée par la mobilisation pour le climat qui mobilise les citoyens, dont beaucoup de jeunes.

La gauche paye lourdement son éparpillement alors qu’elle portait l’exigence de plus de justice sociale, de services publics et de pouvoir d’achat comme cela s’exprime depuis des mois dans les mouvements sociaux.

La seule chose véritablement prévue, mais peut-être aussi voulue, fut la bipolarisation de cette élection entre le RN  de Mme LE PEN et LaRem de M. MACRON.

Ceux qui auront sans doute le plus perdu dans ce duel risquent bien d’être les plus fragiles, les salariés et les retraités.

La remise en cause de nos services publics, de notre système de retraite, de santé et de protection sociale, les attaques contre le droit du travail n’en seront pas modifiées, loin s’en faut et le message écologiste lancé par une partie des électeurs risque de se heurter au dogme libéral qui inspire les programmes de ces deux partis.

Avec le résultat du 26 mai, ce sont les financiers qui se frottent les mains et ceux qui rêvent de lois sécuritaires dont on sait par expérience qu’elles se retournent toujours contre les plus faibles et épargnent les plus puissants.

Le résultat de ce scrutin appelle les citoyens à réinvestir la politique pour construire collectivement des réponses aux enjeux d’aujourd’hui et de demain.

Les élections municipales de 2020 seront une échéance importante en ce sens. Si vous voulez vous investir dans la préparation de celles-ci prenez contact avec nous et laissez vos coordonnées mail sur fildeterre@lesbarques.fr.

(Texte en date du mois de juin 2019)

 

Tour de France  à St-Just St-Rambert : un rendez-vous manqué !

Le 14 juillet 2019, notre commune a eu le privilège d’être traversée par cette très populaire course cycliste qu’est le tour de France.

Dans notre département dont l’histoire est étroitement liée au vélo, avec des marques renommées ayant fait la grandeur de notre territoire, cet évènement, qui plus est un le jour de la fête nationale, méritait, à notre sens, d’être souligné.

La traversée de notre commune un dimanche, jour de marché, a attiré un public nombreux.

Dans de nombreuses communes où passe le Tour, les associations et la population, sous la houlette des municipalités, se mobilisent pour accompagner de façon festive le passage de la grande boucle.

C’est à la fois une façon de mettre en avant les atouts de la commune et de créer un évènement qui profite généralement aux commerces locaux dans un climat festif et chaleureux.

Nous avions interpellé l’adjoint au Sports sur le sujet mais nous n’avions pas perçu les initiatives que comptait prendre la municipalité à cette occasion.

C’est pourquoi au terme du conseil municipal du mois de juillet nous avons demandé de faire un point sur le sujet.

Le succès populaire était bien là, mais nous ne pouvons que regretter l’absence d’initiative prise par la municipalité, s’abritant derrière les moyens mobilisés pour assurer la sécurité du tour et les animations déjà organisées en juillet.

Enquête d’utilité publique modification du PLU : rendez-vous en septembre !

Au terme de ce conseil les élus de notre groupe ont également demandé à Monsieur le Maire de prévoir un point à l’ordre du jour du conseil de septembre,  concernant les conclusions de l’enquête d’utilité publique sur la modification du PLU concernant la zone à urbaniser du chemin du Fraisse et la construction de 90 habitations.

(Texte en date du mois de juillet 2019)

 

L’eau c’est la vie !

La problématique de la gestion du service public d’eau potable est aujourd’hui au cœur de très nombreux enjeux politiques, financiers, environnementaux et juridiques alors qu’au 1er janvier 2020, celle-ci sera transférée aux structures intercommunales, comme Loire Forez Agglomération.

Face à une prise de conscience collective du caractère vital de l’eau et d’une nécessaire reconnaissance d’un droit à l’eau, les élus locaux sont de plus en plus amenés à faire le choix d’une gestion permettant d’assurer un service efficace et de qualité sous leur contrôle et leur responsabilité.

Si la qualité de l’eau potable doit répondre aux exigences communautaires, le droit de l’Union européenne laisse aux États membres le choix entre la gestion publique ou privée du service de l’eau. En France, le service public de distribution de l’eau potable est de la compétence de la commune en vertu du principe constitutionnel de libre administration des collectivités territoriales.

La gestion du service de l’eau peut être assurée directement par la personne publique ou peut être déléguée à des organismes privés. Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, la gestion déléguée du service public d’eau se trouve dans une phase de crise et un vrai courant de remunicipalisation est en route et c’est tant mieux !

La ressource en eau est indispensable à la vie et nous considérons qu’à ce titre sa gestion ne peut être livrée à la loi du marché et servir à enrichir les actionnaires des grandes entreprises privées. Les exemples, dans la santé, dans la fourniture d’électricité ou de gaz, montrent que les patients ou les usagers n’ont rien à gagner à la privatisation.

Le débat sur l’avenir de la gestion de l’eau va se poser en 2020 au sein de toutes les structures intercommunales qui vont hériter de cette compétence et ce sont les hommes et les femmes que vous élirez en mars 2020, appelés à siéger à LFA qui prendront les décisions.

Nous serons un rempart contre la privatisation !

(Texte en date du mois de septembre 2019)

Information défaillante ……ou désinformation ?

Dans le Fil de l’Eau de décembre figure, entre autre, un compte-rendu partiel et partial du conseil municipal du 21 novembre qui ne reflète en rien la teneur de débats qui ont eu lieu.

En effet, si l’article relate bien  l’unanimité qui s’est faite au sein du conseil sur un certain nombre de points relatifs au fonctionnement courant, vous ne trouverez rien sur l’abstention des élus de notre groupe sur le point portant sur l’adhésion au groupement d’achat d’électricité et gaz naturel organisé par le SIEL.

Vous ne trouverez pas non plus dans cet extrait de compte-rendu les débats qui ont précédé notre vote « CONTRE » sur les dérogations exceptionnelles à l’interdiction du travail du dimanche accordées pour cinq dimanches au titre de 2020.

Sur ces deux points, les élus de notre groupe ont fait valoir de nombreux arguments sur les aspects environnementaux touchant à la nature de nos achats énergétiques et sur les conséquences de l’ouverture exceptionnelle des dimanches qui profitent essentiellement à la grande distribution au détriment des commerces de proximité et des conditions de travail des salariés.

La majorité a choisi de ne pas porter ces débats à la connaissance des lecteurs du fil de l’eau préférant afficher les seuls points où l’unanimité s’est faite. Dont acte !

Dans notre contribution au journal municipal de décembre, nous avions mis l’accent sur la communication qui nous semblait défaillante sur un certain nombre de sujets. Mais en omettant volontairement de mentionner les positions des uns et des autres sur des points d’importance qui ont alimenté le débat au sein du conseil, alors là, pour le coup, on peut parler de désinformation.

L’approche des élections municipales se traduirait-elle par une attitude plus sectaire de la majorité à l’égard de l’opposition.  Nous n’osons le penser !

(Texte en date du mois de décembre 2019)
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×